Retour

Salons virtuels : le futur des salons professionnels ?

La technologie n’a cessé de transformer le paysage professionnel et son essor a ouvert vers des perspectives révolutionnaires répondant aux problématiques de digitalisation des entreprises. Et les salons professionnels, conférences, foires, expositions et tout autre événement ne demeurent pas exclus de l’équation.
Formidables leviers de communication et d’opportunités business, ce sont malheureusement des événements qui ont été fortement impactés par le contexte sanitaire : Nombreux ont été déplacés ou pire, annulés.

Néanmoins, conscients de la valeur de ces derniers, certains organisateurs ont décidé d’utiliser les technologies à leur avantage et transformer leurs événements physiques en événements virtuels

Qu’est-ce qu’un salon virtuel ?

Loin d’être un phénomène nouveau, les salons virtuels se sont popularisés avec la distanciation sociale qui a donné le coup de pouce final pour adopter cette technologie naissante.
Entre digital et physique, les salons conservent les mêmes objectifs : présentation des produits et services, rencontres professionnelles, génération de leads, amélioration de la notoriété, accroissement de la visibilité, etc.
Mais à la différence des salons traditionnels, les salons en ligne sont « ouverts » en permanence pour accueillir les prospects et partenaires issus du monde entier et incluent des fonctionnalités supplémentaires pour pallier l’absence d’interactions physiques : module chat, planning de rendez-vous, écran de présentation, rooms dédiés à des échanges et bien d’autres. 

Virtual_trade_show_Light_and_Shadows_Virtuality_2020_1

Booth Light & Shadows lors du salon virtuel VIRTUALITY 2020 

Pourquoi participer et quels sont les avantages ? 

  • Gagner en visibilité  

Il y aura moins de restrictions géographiques, sanitaires et temporelles car les visiteurs n’ont plus qu’à accéder au salon en quelques clics depuis le confort de leur domicile !
De plus, cet accès à long terme permettra non seulement d’accroître la visibilité mais aussi de générer des prospects internationaux grâce à cette flexibilité, commodité et accessibilité.
Exposer en salon virtuel assure aussi une image innovante et moderne, démontrant qu’une marque n’hésite pas à utiliser les dernières technologies pour tenter de se démarquer ! 

  • Moins de contraintes logistiques et matérielles, des économies d’argent et un gain de temps ! 

Le brouhaha incessant, le décalage horaire, les multiples démarches administratives, les billets d’avions, les logements, la fabrication et le transport du stand….  Finalement, la participation à un salon a un coût onéreux.
Pour illustrer ces propos, selon le magazine EXHIBITOR, les exposants consacrent pour le budget des salons : 

  • 35 % du budget des salons professionnels à l’espace de leur stand, 
  • 13 % aux services du salon, 
  • 14 % aux frais de voyage et d’hébergement, 
  • 10 % à la conception graphique, à la production et à la promotion. 

Tandis que pour un salon virtuel, son organisation est non seulement plus souple, mais elle permet également de réaliser des économies considérables en termes de temps et de coûts. En effet, le stand ne nécessite qu’une modélisation 3D, ne prenant pas en compte les contraintes physiques liées à la fabrication ou au transport de ce dernier. Par ailleurs, les dépenses coûteuses liées à l’installation, l’entretien, le nettoyage et l’organisation d’autres services seront également supprimées.
Aurélie Colin-Thévenet, co-fondatrice de Lux-Lingua, agence marketing, a indiqué lors d’une interview avec France 3 que son organisation au salon CES 2021 a coûté environ trois fois moins cher qu’habituellement.

  • De meilleures datas pour de meilleures analyses 

Digitaliser l’événement, c’est aussi digitaliser et récupérer des données.
Mieux qu’en salon physique, les salons virtuels fournissent des données précieuses et précises pouvant être utiles ultérieurement. Plus que de simples chiffres de fréquentation au stand et au salon, certains événements virtuels offrent la possibilité de suivre les mouvements des visiteurs, les niveaux d’engagement et les interactions pendant un événement : quelle partie du stand a suscité le plus d’intérêt, le temps moyen que le personnel du stand a mis pour entrer en contact avec les visiteurs, quels produits ont été les plus consultés etc.
Libre ensuite à toute marque de se servir de ces nouvelles données pour orienter les futures stratégies commerciales ! 

  • Feu vert pour le virtuel

L’industrie des conventions et des salons professionnels est l’une des plus génératrices de déchets en produisant en moyenne 600 000 tonnes de déchets par an selon une étude de Washington-based Smash Hit Display.
La majorité de ces déchets sont de nature matérielle et peuvent provenir des supports print marketing (affiches, kakemono, flyers etc.) ou encore des matériels liés aux stands.
De ce fait, l’utilisation des technologies 3D pour créer des stands et des contenus numériques permet d’atténuer ces externalités négatives. Et au-delà des déchets matériels, les événements virtuels rendent inutiles les déplacements à forte intensité de carbone (avions, trains, voitures etc.), ce qui fait des salons professionnels virtuels une alternative plus durable. 

Virtual_trade_show_Light_and_Shadows_Laval_Virtual_2020

Light & Shadows lors du salon virtuel LAVAL VIRTUAL 2020

Qu’est-ce qui garantit le succès à la participation d’un salon virtuel ? 

De nombreux facteurs influencent sur le succès d’un tel événement virtuel, que ce soit des efforts fournis par la marque exposante que par la société organisatrice.
Une excellente couverture médiatique et communication aide bien évidemment car meilleure sera la visibilité, nombreux seront les exposants et les clients potentiels. Mais cela restera insuffisant sans une infrastructure technologique solide : des graphismes 3D esthétiques ; un service de streaming fiable et stable pour garantir la qualité, la vitesse ou l’accessibilité, etc.
En revanche, ce n’est pas forcément pour des raisons technologiques qu’un salon ne devienne pas virtuel. Et pour cause, certains organisateurs préfèrent reporter ou annuler leur événement car il est difficile de créer des événements virtuels qui imitent parfaitement le contact humain direct et spontané ou encore la sensation et l’excitation d’un salon physique.
Encore aujourd’hui, cela reste présomptueux de déclarer que le salon de demain sera forcément virtuel. Peut-être existera-t-il des formats hybrides où le salon sera simultanément à la fois virtuel et physique ? Mais une chose est sûre, ce concept a fait changer les habitudes et a permis à chacun d’avoir une vision différente de la technologie.

___________

Désireux de trouver plus d’informations sur la technologie 3D ?

Vous pouvez trouver toutes les informations sur l’intégration des technologies 3D dans le processus marketing en téléchargeant notre livre blanc.

 

N’hésitez pas à nous contacter pour des informations spécifiques sur les salons virtuels !

Le showroom virtuel : l'outil pour stimuler l'activité ?

Allier supports d’argumentaires & de présentation et interactivité, c’est possible avec le showroom virtuel ! Nés de la rencontre entre le physique et digital, c’est la solution lorsque la visualisation des produits en point de vente physique est impossible ou limitée.
Que ce soit durant ou après le confinement, la majorité des frontières restent limitées, les soirées événementielles sont toujours interdites tandis que le rassemblement de population dans un seul et même endroit est clairement décrié. Cet état des lieux pousse ainsi les marques à essayer de nouveaux formats de communication à l’ère du e-commerce. Capitaliser sur ce succès s’agit du nouveau défi des entreprises aujourd’hui afin de proposer des contenus encore plus orientés expérience client.